La vie de gens

Depuis quelques mois, je ressens le besoin de me poser devant vous et de vous composer un article sur ma vie et les nombreux updates qui suivent depuis mon mental breakdown en octobre.

Comme vous le savez depuis mon article Cries du cœur, je suis psychologiquement malade, suivie par un psychiatre et sous traitement depuis le mois de novembre. Mon entreprise est la cause de ma maladie, la cause de ma perte et est la cause de plusieurs envies noires et silencieuses. Je suis heureuse de vous annoncer que je ne serais plus membre de cette entreprise dans quatre jours car nous avons conclut le terme de mon contrat de travail par rupture conventionnelle, en accord avec mon employeur. Trois tentatives de ruptures conventionnelles et une inaptitude de reprise du travail plus tard et je vois maintenant le bout de ce tunnel interminable. Ces six mois de batailles et de cauchemars sont les plus sombres de ma vie mais ils sont loin de moi et ne me font plus de peine. Je souhaite reprendre une vie normale, travailler, mais je dois encore retrouver un mental sain et prendre un peu de bon temps pour respirer, voyager, jouir de ce cauchemar qui se transforme en chance, la chance de pouvoir rattraper le temps perdu avec mon amoureux et ma famille. Je fais de mon mieux pour comprendre le positif de cette situation complexe. Je ne sais pas ce que me promet mon avenir mais je sais que je veux exploiter les plaisirs simples de la vie avant de reprendre. Je vais bien en ce moment mais je ne vais pas mieux pour autant — on ne se sort pas de tout cela si vite. Je pleure souvent encore. Mais je comprends ce mal qui est au fond de moi et qui demande simplement de partir. Je me sens souvent seule, encore, encore plus depuis la perte de ma mamie. Ce vide qui est en moi est un trou immense. Et je pleure et je pleure, toutes les larmes de mon corps en souhaitant que toute cette douleur parte.

Ma mamie est partie et depuis je souris sans vraiment sourire. Je me pose beaucoup de questions sur la suite de sa vie. Je me donne du